Intimus

Cybersexe et confinement – Avec Frédéric Tordo

1 min de lecture

Frédéric Tordo – Psychologue clinicien et psychanalyste

Sexe, transparence digitale et confinement Frédéric Tordo Comment peut-on décrire les premières étapes, sur le plan psychique, du confinement ? • Les premiers temps du confinement physique et spatial de mars 2020 ont été des moments de sidération pour le patient. Sidération devant un impensable : que le monde ne s’arrête de tourner en l’espace d’une semaine. C’est un impensable. • Nous avons pu observer des réactions de déni par rapport à cette réalité : avec des individus qui continuent de sortir dans la rue, se regroupent dans des parcs, dans la bonne humeur, l’insouciance, voire dans l’euphorie un peu maniaque. • Cependant, assez rapidement pour la plupart des individus et de mes patients, ce premier choc, lié à l’impensable, a laissé la place à de fortes angoisses, et à la peur, qui sont venues dépasser les capacités d’adaptation de la personne. • Ce qui nous renvoie d’emblée au travail de Jean Rivolier, qui a développé le terme de « syndrôme mental d’hivernage » (1989), pour décrire la réaction psychique des hivernants, et leur évolution. • Ce syndrome comprend une stratégie d’adaptation, qui évolue en suivant différentes étapes au cours de l’hivernage. • Cette phase anxieuse que nous évoquons à propos du confinement, en relation avec un contexte sanitaire difficile à appréhender, correspond à ce que Rivolier, en accord avec la description du syndrome général d’adaptation (Selye, 1936), nomme la phase d’alarme. • C’est une phase de stress aigüe, qui est lié à l’absence de préparation à la nature de la crise sanitaire que rencontre la société. • Pour autant, nous verrons ensemble que le confinement actuel ne peut pas se réduire à cette description d’un syndrome d’hivernage, pour de nombreuses raisons que nous évoquerons. • Dans tous les cas, le confinement crée un sentiment d’impuissance à agir sur l’environnement. C’est aussi pourquoi, parmi bien d’autres raisons, les soignants sont pourvus de tous les attributs des héros : ce sont les seuls dans l’espace social qui ont encore le pouvoir d’agir avec leur corps. Parce que le confinement crée un clivage inédit : entre ceux qui font quelque chose de symbolique avec leur corps, et ceux qui ne peuvent plus rien en faire.

Posts en relation
Intimus

Kâmasûtra ! Avec Joëlle Mignot

1 min de lecture
Qu’est ce que le Kâmasûtra ? Une suite de positions qui assurent le plaisir sexuel ? Une toute autre manière d’aborder la…
Intimus

Handicapé(e); pas asexué(e) - Avec Fl. Méjécase, I. Da Costa, E.Mebratu, A.Collet

1 min de lecture
La diversité sexuelle est la même pour les personnes en situation de handicap que pour d’autres, elle est juste différente pour chaque…
Intimus

Mes droits sexuels au temps du confinement - Avec Ingrid Geray & Georgina Le Poul

1 min de lecture
Ingrid Geray est avocate et membre du Conseil d’Administration de la Chaire Unesco Santé sexuelle & droits humains Georgina Le Poul est…
Soyez au courant de notre actualité